Les probiotiques pourraient réduire le besoin d’antibiotiques pendant l’enfance

Selon un article de synthèse qui reprend des études parues dans l’European Journal of Public Health, la prise régulière de probiotiques chez les nourrissons et les enfants peut diminuer considérablement la nécessité de traitements antibiotiques pendant l’enfance. Selon les auteurs, ces conclusions pourraient permettre à l’avenir de freiner le développement de la résistance aux antibiotiques, qui est une menace pour la santé.

L’article passe en revue 17 études précédemment publiées qui évaluaient l’impact de toute une gamme de différents probiotiques sur l’incidence et la durée de maladies infectieuses communes du tractus respiratoire et digestif chez des enfants. 12 d’entre elles évaluaient l’usage d’antibiotiques pour ces infections.

Il en ressort que la prise de probiotiques permettait de réduire de 29% la prescription d’antibiotiques chez ces enfants en comparaison de ceux qui recevaient un placebo. La réduction de la prescription d’antibiotiques pouvait même atteindre 53% si seules les cinq études qui ont suivi les meilleurs standards de qualité étaient prises en compte.

« Globalement, les études incluses dans cette analyse montrent que la supplémentation en probiotiques est plus efficace que le placebo pour réduire l’incidence ou la durée de certaines maladies telles qu’infections aiguës du tractus respiratoire ou digestif, et les otites aiguës », explique Andi Shane, coauteur et chercheur à la Faculté de Médecine de l’Université Emory. (Atlanta, aux États-Unis).

« Cette analyse met en lumière qu’en plus de ces avantages [réduction de l’incidence et de la durée de ces maladies], une supplémentation en probiotiques pourrait réduire la prise d’antibiotiques », ajoute Shane.

Quant aux mécanismes qui expliqueraient ce lien entre probiotiques et la diminution du besoin d’antibiotiques, ils restent aujourd’hui méconnus. Les auteurs émettent l’hypothèse que, dans la mesure où 75% du système immunitaire humain est localisé dans l’intestin, la consommation de bactéries bénéfiques (les probiotiques) pourrait conduire à un renforcement du système immunitaire permettant de mieux combattre les agents pathogènes d’une part, ou bien induire une inhibition effective de la croissance des agents pathogènes dans l’intestin, d’autre part.

La résistance aux antibiotiques constitue de nos jours une menace sérieuse en termes de santé dans le monde entier. En dépit des efforts déployés pour sensibiliser l’opinion publique sur ce sujet, la mauvaise utilisation et l’abus d’antibiotiques perdurent.

« Consommer régulièrement des probiotiques pourrait devenir un moyen de réduire l’usage d’antibiotiques » a déclaré le chercheur principal de l’étude, Daniel Merenstein, professeur du Département de Médecine de Famille à la Faculté de Médecine de l’Université de Georgetown (Washington, DC) et membre de l’équipe dirigée par Sarah King, auteur principal de l’article.

« Nous savons déjà que la consommation de probiotiques réduit l’incidence, la durée et la gravité de certains types d’infections respiratoires et gastro-intestinales, » poursuit Merenstein.

Selon cet auteur, la question qui se posait avant de commencer cette analyse était d’évaluer si la réduction des symptômes de certaines maladies était fermement liée à une diminution de l’usage des antibiotiques. Cela démontrerait que les bienfaits pour la santé découlent des probiotiques et non des antibiotiques. Et « nous avons observé qu’il existe une corrélation », affirme Merenstein.

Dans la mesure où cette synthèse a uniquement été réalisée à partir d’études concernant des enfants et des nourrissons et que certaines d’entre elles n’étaient pas homogènes, les auteurs insistent sur la nécessité de mener des études de suivi dans tous les groupes d’âge pour formuler des recommandations sur le type et le dosage de probiotiques nécessaires pour être efficaces.

 

Article de référence :

Sarah King, Daniel Tancredi, Irene Lenoir-Wijnkoop, et coll. Does probiotic consumption reduce antibiotic utilization for common acute infections? A systematic review and meta-analysis. European Journal of Public Health, 2018. DOI: https://doi.org/10.1093/eurpub/cky185

Cristina Sáez
Cristina Sáez
Cristina Sáez est une journaliste scientifique indépendante. Elle travaille pour différents médias, notamment le quotidien La Vanguardia où elle dirige la rubrique scientifique Big Vang ; elle collabore avec des centres de recherche et des sociétés scientifiques. Elle a été récompensée pour son travail journalistique par le prix Boehringer Ingelheim 2015 pour le journalisme en médecine, entre autres. Retrouvez Cristina sur Twitter @saez_cristina