Microbiote intestinal

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le microbiote intestinal…

Le mot microbiote englobe un ensemble de microorganismes peuplant un environnement déjà établi. Les êtres humains possèdent des groupes de bactéries dans diverses parties du corps, telles que la surface ou les couches profondes de la peau (microbiote cutané), la bouche (microbiote buccal), le vagin (microbiote vaginal), et ainsi de suite.

About Gut MicrobiotaLe microbiote intestinal (autrefois appelé flore intestinale) est le nom que donnent actuellement les scientifiques à la population de microbes hébergées dans nos intestins.

Notre microbiote intestinal contient cent mille milliards de microorganismes (10 exposant 14), au sein desquels au moins 1 000 espèces différentes de bactéries sont présentes, et plus de 3 millions de gènes, soit 150 fois plus que de gènes présents dans le génome humain. Le microbiote peut peser jusqu’à 2 kg. Un tiers de notre microbiote intestinal est commun à la plupart des individus, tandis que les deux autres tiers sont spécifiques à chacun d’entre nous. En d’autres mots, le microbiote intestinal est une sorte de carte d’identité individuelle.

Comme son nom l’indique, le microbiote intestinal est localisé dans le tube digestif, l’une des principales interfaces avec l’environnement externe que nous avons dans notre corps (d’autres seraient la peau et les poumons, par exemple).

Why is the gut microbiota importantBien que chacun d’entre nous possède un microbiote unique, il remplit les mêmes fonctions physiologiques, avec un impact direct sur notre santé

Certaines de ces fonctions sont :

  • il aide le corps à digérer certains aliments que l’estomac et l’intestin grêle n’ont pas été capables de digérer;
  • il contribue à la production de certaines vitamines (B et K);
  • il nous aide à combattre les agressions par d’autres microorganismes, en conservant l’intégrité de la muqueuse intestinale;
  • il joue un rôle essentiel dans le système immunitaire, en produisant un effet barrière;
  • un microbiote sain et équilibré est essentiel pour assurer une fonction digestive appropriée.

Au vu du rôle majeur que le microbiote intestinal joue dans le fonctionnement normal du corps et les différentes fonctions qu’il accomplit, les experts le considèrent actuellement comme un « organe » à part entière. Il s’agit toutefois d’un organe « acquis », étant donné qu’à la naissance les êtres humains sont stériles : la colonisation de l’intestin commence juste après la naissance et évolue dans les premières années après la naissance pour se stabiliser ensuite.

WHEN does gut microbiota start developing?Le développement du microbiote intestinal commence à la naissance

Stérile à l’intérieur de l’utérus, le tractus digestif du nouveau-né est rapidement colonisé par des microorganismes : ceux de la mère (vaginaux, fécaux, cutanés, poitrine…), ceux de l’environnement où a eu lieu la naissance, l’air, etc. À partir du troisième jour, la composition du microbiote intestinal variera en fonction de l’alimentation du nourrisson : le microbiote intestinal des bébés nourris au sein, par exemple, sera riche en bifidobactéries en comparaison à des bébés nourris aux laits maternisés. Les scientifiques considèrent qu’aux alentours de 3 ans, le microbiote devient stable et similaire à celui des adultes, et continue à évoluer à un rythme régulier pendant toute la vie de la personne.

HOW does gut microbiota evolve?La composition de notre microbiote évolue pendant toute notre vie, de la naissance à la vieillesse, sous l’influence de divers facteurs environnementaux

L’équilibre du microbiote peut être altéré par l’âge et, en conséquence, le microbiote intestinal des personnes âgées diffère en bonne mesure de celui des jeunes adultes.

Tandis que la composition générale du microbiote intestinal est similaire chez la plupart des personnes en bonne santé, la représentation des espèces est extrêmement personnalisée et déterminée principalement par notre environnement et notre alimentation. Le microbiote intestinal peut adapter sa composition aux composants alimentaires de façon permanente ou temporaire : les Japonais, par exemple, peuvent digérer les algues, un élément habituel de leur régime alimentaire, grâce à des enzymes spécifiques que leur microbiote a puisés dans les bactéries marines.

Bien que capable de s’adapter aux changements face à des situations concrètes, le microbiote intestinal peut parfois se déséquilibrer. Cette anomalie est appelée dysbiose. La dysbiose peut être liée à des problèmes de santé comme par exemple, les troubles fonctionnels de l’intestin, les maladies inflammatoires de l’intestin, les allergies, l’obésité ou le diabète.

De nombreuses études ont démontré des effets bénéfiques des prébiotiques et probiotiques sur le microbiote intestinal. En servant d’aliment aux bactéries bénéfiques, les prébiotiques améliorent le fonctionnement du microbiote tout en favorisant la croissance et l’activité de certaines « bonnes » bactéries. Quant aux probiotiques, présents dans certains aliments fermentés tels que les produits laitiers, ils contribuent à maintenir l’équilibre, l’intégrité et la diversité du microbiote.

Grâce aux progrès technologiques, les connaissances sur les bactéries peuplant le tractus gastro-intestinal ne cessent d’augmenter. Parmi d’autres techniques, de nos jours les chercheurs utilisent des instruments issus de la biologie moléculaire pour découvrir les mystères du microbiote. Les quelques zones d’ombre qui subsistent ne résisteront sans doute pas longtemps.

Gut microbiota key data and figuresLe microbiote intestinal joue un rôle essentiel dans notre vie et dans le fonctionnement de notre corps

  • La composition du microbiote intestinal est unique pour chaque individu et pourrait caractériser chacun d’entre nous de la même façon que nos empreintes digitales.
  • Notre microbiote intestinal contient cent mille milliards de bactéries, soit dix fois plus de cellules que celles de notre corps.
  • NIl y a plus de 3 millions de gènes microbiens dans notre microbiote intestinal, soit 150 fois plus que de gènes dans le génome humain.
  • Il y a plus de 3 millions de gènes microbiens dans notre microbiote intestinal, soit 150 fois plus que de gènes dans le génome humain.
  • La totalité du microbiote peut peser jusqu’à 2 kg.
  • On peut retrouver plus de 1 000 espèces bactériennes identifiées dans le microbiote intestinal humain. Mais pour un individu déterminé, il n’y en a que 150 à 170 prédominantes.

Alimentation & Microbiote

L’influence de l’alimentation sur le microbiote intestinal

Les aliments que nous mangeons jouent un rôle essentiel dans le maintien de la diversité et le bon fonctionnement de nos microbiote intestinal

La nourriture que nous consommons joue un rôle essentiel dans le maintien de la diversité et du fonctionnement correct de notre microbiote intestinal.
Le dicton « nous sommes ce que nous mangeons » peut parfaitement s’appliquer au microbiote intestinal, étant donné que ce que nous consommons nourrit également les quelque cent-mille-milliards de bactéries logées dans notre système digestif. De ce fait, une alimentation variée et équilibrée s’avère essentielle.

Les prébiotiques et les probiotiques sont deux des éléments les plus étudiés dans le domaine du microbiote intestinal. Ces deux substances sont réputées pour leurs effets bénéfiques sur le microbiote intestinal qui, à son tour, influence diverses fonctions de l’organisme telles que la digestion, ce qui explique que les spécialistes soulignent l’importance d’inclure autant les uns que les autres dans notre régime alimentaire, afin de promouvoir un microbiote sain.

Prébiotiques

Le concept de prébiotiques, parfois dénommés fibres fermentables, fut introduit en 1995 par Gibson et Roberfroid. Ils les définirent comme les substances non digestibles de la nourriture qui induisent un effet physiologique bénéfique sur l’hôte en stimulant de manière sélective la croissance ou l’activité d’un nombre limité de bactéries autochtones bénéfiques pour la santé1. Les prébiotiques peuvent se trouver naturellement présents dans la nourriture ou y être rajoutés (produits fonctionnels).

Les prébiotiques sont présents de manière naturelle dans certains fruits et légumes tels que l’ail, les oignons, les poireaux, les asperges, les artichauts, les tomates, les bananes, les prunes et les pommes ; les graines et les céréales comme le son, et dans certains fruits à coque tels que les amandes. D’où l’importance des fruits, légumes et céréales pour une alimentation équilibrée.

Comme dans de nombreux autres domaines, l’équilibre et la variété sont deux facteurs clés au moment de consommer des produits prébiotiques. En effet, bien qu’une alimentation riche en fibre apporte de nombreux bénéfices aux bactéries intestinales, un excès de fibre pourrait néanmoins conduire à des gênes et des ballonnements intestinaux chez certaines personnes.

Pour en apprendre davantage sur les prébiotiques, veuillez consulter la fiche d’information (en anglais) fournie par l’ Association Scientifique Internationale pour les Probiotiques et les Prébiotiques (International Scientific Association for Probiotics and Prebiotics – ISAPP).

Probiotiques

L’Organisation Mondiale de la Santé définit2 les probiotiques comme des microorganismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantités adéquates, produisent un bénéfice pour la santé de l’hôte.

Au cours de leur progression dans le système digestif, ces microorganismes résistent partiellement au processus de la digestion. Ils rapportent de nombreux bénéfices à l’organisme, y compris le maintien du confort digestif et la régulation du système immunitaire. Les probiotiques contribuent en outre à l’équilibre du microbiote intestinal lorsque celui-ci a été soumis à une alimentation pauvre, des infections, des traitements antibiotiques ou autres facteurs externes tels que le stress3.

De nombreux probiotiques proviennent de bactéries traditionnellement utilisées pour la fermentation des aliments. Actuellement, un grand nombre d’essais cliniques pertinents (bien conçus) sur les probiotiques ont été menés. Les probiotiques les plus couramment étudiés appartiennent à deux genres : Lactobacillus et Bifidobacterium, mais d’autres microorganismes, dont Enterocoques et Streptocoques, ont aussi été analysés.

Ces études ont prouvé que, par le biais de différents mécanismes, certaines de ces espèces bactériennes contribuaient à maintenir une bonne santé digestive, raison pour laquelle les experts4 se sont accordés à les considérer comme des probiotiques5. Certaines de ces espèces bactériennes se retrouvent également dans différents aliments (yaourts ou laits fermentés) ou des compléments alimentaires.

Pour en savoir plus sur les probiotiques (en anglais), veuillez consulter la fiche d’information fournier per l’ Association Scientifique Internationale pour les Probiotiques et les Prébiotiques (International Scientific Association for Probiotics and Prebiotics – ISAPP) ou la Recommandation pratique sur les probiotiques et les prébiotiques de l’ Organisation mondiale de Gastroentérologie.

1 Gibson GR, Roberfroid MB. Dietary modulation of the human colonic microbiota: introducing the concept of prebiotics. J Nutr. 1995 Jun;125(6):1401-12. PMID

2 Health and Nutritional Properties of Probiotics in Food including Powder Milk with Live Lactic Acid Bacteria, Report of a Joint FAO/WHO Expert Consultation on Evaluation of Health and Nutritional Properties of Probiotics in Food including Powder Milk with Live Lactic Acid Bacteria, Cordoba, Argentina, October 1-4,200

3 Moheb Costandi, Microbes on Your Mind, Scientific American Mind 23, 32 (2012).

4 http://espcg.eu/wp-content/uploads/2013/09/ENGLISH-LEAFLET-ESPCG-2013-Consensus-Guidelines-on-Probiotics.pdf

5 https://www.gutmicrobiotaforhealth.com/the-definition-probiotics-twelve-years-later/