Au quotidien, le microbiote intestinal est exposé et modifié par une série de facteurs, dont l’alimentation est l’un des plus importants. De nouvelles découvertes de l’American Gut Project ont révélé que la source d’eau potable figure parmi les facteurs clés contribuant à expliquer la variation du microbiote intestinal.

Le terme « synbiotique », moins connu que les termes « probiotique » ou « prébiotique », est né en 1995. Un groupe de chercheurs en a actualisé la définition en 2019. Découvrez pourquoi les synbiotiques sont bien plus qu’une simple combinaison de probiotiques et prébiotiques et en quoi ils peuvent être bénéfiques pour la santé.

Nous savons déjà que les microorganismes vivants, lorsqu’ils sont consommés en quantités adéquates, ont un effet bénéfique sur la santé de l’hôte. Maintenant, les scientifiques ont arrêté une première définition consensuelle pour les cellules microbiennes inanimées et/ou leurs composants et ont clarifié la manière d’en tirer profit.

À l’heure actuelle, les scientifiques s’accordent à dire que le fait d’avoir un microbiote intestinal en bonne santé est un élément crucial dans la santé et le bienêtre de l’individu. À défaut d’une définition claire de « bonne santé », de nombreux experts recommandent d’augmenter notre consommation d’aliments fermentés contenant des bactéries vivantes.

Selon la Celiac Disease Foundation, la maladie cœliaque toucherait 1 % de la population mondiale. Pour marquer la Journée internationale de la maladie cœliaque, GMFH a interviewé le Dr Elena Verdú de l’université McMaster, au Canada, sur les aspects clés concernant la maladie.