Une nouvelle étude suggère que le microbiote intestinal pourrait devenir un nouveau champ d'exploration dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Cet article explique comment une alimentation, contenant une plus grande proportion d’aliments d'origine végétale, tout en réduisant les aliments d’origine animale, peut atténuer le risque de développer une maladie cardiovasculaire, en diminuant certains métabolites produits par le microbiote intestinal.

Les chercheurs étudient depuis peu le possible rôle protecteur du microbiote intestinal contre la COVID-19 ou, au contraire, sa propension à augmenter le risque de contracter une forme plus sévère de la maladie. Les conclusions pourraient revêtir une grande importance dans la prévention de la mortalité élevée chez les personnes âgées, notamment celles qui résident en maison de retraite.

De preuves suggèrent qu'un microbiote intestinal déséquilibré peut jouer un rôle dans la résistance à l'insuline chez des patients atteints de diabète de type 2 (DT2) et il est prouvé que l'activité physique a des effets positifs sur le microbiote intestinal et le métabolisme.

La recherche en nutrition personnalisée en est encore à ses balbutiements. Elle constitue cependant un domaine de recherche porteur, qui pourrait un jour aider les patients à mieux réagir aux interventions nutritionnelles.