De preuves suggèrent qu'un microbiote intestinal déséquilibré peut jouer un rôle dans la résistance à l'insuline chez des patients atteints de diabète de type 2 (DT2) et il est prouvé que l'activité physique a des effets positifs sur le microbiote intestinal et le métabolisme.

La recherche en nutrition personnalisée en est encore à ses balbutiements. Elle constitue cependant un domaine de recherche porteur, qui pourrait un jour aider les patients à mieux réagir aux interventions nutritionnelles.