Les scientifiques ne connaissent pas encore la plupart des bactéries de notre intestin

Si la capacité d’améliorer certains paramètres de l’obésité a déjà été prouvée pour certaines bactéries, dont Akkermansia muciniphila, de nombreuses autres restent à identifier.

Il n’est en effet pas possible de les cultiver hors de l’intestin, car leur matériel génétique ne correspond pas aux génomes disponibles dans les bases de données actuelles et de ce fait nous ignorons encore tout ce qu’elles peuvent nous apporter.

 

Une nouvelle bactérie présente chez 70 % des personnes en bonne santé pourrait nous protéger contre les déséquilibres glycémiques associés à l’obésité

En 2017, une équipe de scientifiques a révélé la découverte de la nouvelle bactérie Dysosmobacter welbionis J115T dans l’intestin d’un sujet sain. La sachant étroitement liée à d’autres bactéries associées à la minceur, les chercheurs ont décidé d’explorer ses bienfaits sur la santé métabolique de l’hôte.

Dans un article paru dans Gut, Patrice D. Cani et ses collègues ont expliqué comment D. welbionis J115T est présente chez environ 70 % de la population en bonne santé et que des niveaux bas de cette bactérie seraient liés à des indices de masse corporelle, des taux de glycémie à jeun et d’hémoglobine glyquée plus élevés, symptômes d’une hyperglycémie à long terme.

Une supplémentation en bactéries vivantes réduit le poids corporel et la masse grasse chez les rongeurs soumis à un régime riche en graisses. Toutefois, la pasteurisation annulerait les effets métaboliques bénéfiques.

 

Les bienfaits de la nouvelle bactérie ne se limiteraient pas à l’intestin

Outre la réduction de la production de masse grasse, les scientifiques ont constaté chez les souris traitées une amélioration de leur tolérance au glucose, des niveaux d’inflammation plus bas et une activité accrue du tissu adipeux brun, principalement impliqué dans l’équilibre énergétique de la thermorégulation.

Pour les scientifiques, la prochaine étape consistera en la vérification des bienfaits de la nouvelle bactérie sur la santé de l’Homme, notamment sur l’obésité et les maladies métaboliques associées.

 

Dans cette vidéo, Francois Grimonprez explique le processus d’identification de la nouvelle bactérie, ainsi que ses effets antiobésité :

 





Références :

Le Roy T, Van der Smissen P, Paquot A, et al. Dysosmobacter welbionis gen. nov., sp. nov., isolated from human faeces and emended description of the genus Oscillibacter. Int J Syst Evol Microbiol. 2020; 70(9):4851-4858. doi: 10.1099/ijsem.0.003547.

Le Roy, de Hase EM, Van Hul M, et al. Dysosmobacter welbionis is a newly isolated human commensal bacterium preventing diet-induced obesity and metabolic disorders in mice. Gut. 2021. doi: 10.1136/gutjnl-2020-323778.