NUTRITION

Latest articles

Dans son manuel « Microbiologie et Technologie des Aliments Fermentés », le professeur Hutkins de l’Université du Nebraska analyse les propriétés uniques de ces aliments fermentés et leurs bénéfices santé potentiels.

Megan Mouw
Megan Mouw est licenciée en microbiologie par l’Université McGill, au Canada. De son expérience au sein du centre médical de l’Université de Californie (UCSF), à San Francisco, est née sa passion par le rôle du microbiote intestinal dans le maintien de la santé et du bienêtre. Elle poursuit en ce moment des études de Microbiologie et Toxicologie Environnementale à l’Université de Californie, à Santa Cruz, d’où elle souhaite partager son amour pour la science à travers ses articles.

Dans son manuel « Microbiologie et Technologie des Aliments Fermentés », le professeur Hutkins de l’Université du Nebraska analyse les propriétés uniques de ces aliments fermentés et leurs bénéfices santé potentiels.

Megan Mouw
Megan Mouw est licenciée en microbiologie par l’Université McGill, au Canada. De son expérience au sein du centre médical de l’Université de Californie (UCSF), à San Francisco, est née sa passion par le rôle du microbiote intestinal dans le maintien de la santé et du bienêtre. Elle poursuit en ce moment des études de Microbiologie et Toxicologie Environnementale à l’Université de Californie, à Santa Cruz, d’où elle souhaite partager son amour pour la science à travers ses articles.

Une nouvelle étude, publiée dans Nature Communications, a révélé que ces bactéries résistantes provenaient des mères, lors de l’accouchement, mais également pendant l’allaitement.

Cristina Sáez
Cristina Sáez est une journaliste scientifique indépendante. Elle travaille pour différents médias, notamment le quotidien La Vanguardia où elle dirige la rubrique scientifique Big Vang ; elle collabore avec des centres de recherche et des sociétés scientifiques. Elle a été récompensée pour son travail journalistique par le prix Boehringer Ingelheim 2015 pour le journalisme en médecine, entre autres. Retrouvez Cristina sur Twitter @saez_cristina

Une nouvelle étude, publiée dans Nature Communications, a révélé que ces bactéries résistantes provenaient des mères, lors de l’accouchement, mais également pendant l’allaitement.

Cristina Sáez
Cristina Sáez est une journaliste scientifique indépendante. Elle travaille pour différents médias, notamment le quotidien La Vanguardia où elle dirige la rubrique scientifique Big Vang ; elle collabore avec des centres de recherche et des sociétés scientifiques. Elle a été récompensée pour son travail journalistique par le prix Boehringer Ingelheim 2015 pour le journalisme en médecine, entre autres. Retrouvez Cristina sur Twitter @saez_cristina

La recherche en nutrition personnalisée en est encore à ses balbutiements. Elle constitue cependant un domaine de recherche porteur, qui pourrait un jour aider les patients à mieux réagir aux interventions nutritionnelles.

Allison Clark
Allison Clark a un mastère en nutrition et santé de l’Université Ouverte de Barcelone et un mastère en journalisme. Rédactrice freelance et nutritionniste, elle a publié diverses évaluations pour les pairs sur le rôle du microbiote intestinal dans la santé, les maladies et les performances dans les activités d’endurance. Allison s’intéresse notamment au rôle de l’alimentation et du microbiote intestinal dans la santé et les maladies. Suivez-la sur Twitter @Heal_your_Gut.

La recherche en nutrition personnalisée en est encore à ses balbutiements. Elle constitue cependant un domaine de recherche porteur, qui pourrait un jour aider les patients à mieux réagir aux interventions nutritionnelles.

Allison Clark
Allison Clark a un mastère en nutrition et santé de l’Université Ouverte de Barcelone et un mastère en journalisme. Rédactrice freelance et nutritionniste, elle a publié diverses évaluations pour les pairs sur le rôle du microbiote intestinal dans la santé, les maladies et les performances dans les activités d’endurance. Allison s’intéresse notamment au rôle de l’alimentation et du microbiote intestinal dans la santé et les maladies. Suivez-la sur Twitter @Heal_your_Gut.

Une étude récente du Dr Thomas Schmidt, de l’Université du Michigan, réfute la mauvaise réputation des pommes de terre grâce aux bienfaits de l’amidon résistant sur le microbiote intestinal.

Megan Mouw
Megan Mouw est licenciée en microbiologie par l’Université McGill, au Canada. De son expérience au sein du centre médical de l’Université de Californie (UCSF), à San Francisco, est née sa passion par le rôle du microbiote intestinal dans le maintien de la santé et du bienêtre. Elle poursuit en ce moment des études de Microbiologie et Toxicologie Environnementale à l’Université de Californie, à Santa Cruz, d’où elle souhaite partager son amour pour la science à travers ses articles.

Une étude récente du Dr Thomas Schmidt, de l’Université du Michigan, réfute la mauvaise réputation des pommes de terre grâce aux bienfaits de l’amidon résistant sur le microbiote intestinal.

Megan Mouw
Megan Mouw est licenciée en microbiologie par l’Université McGill, au Canada. De son expérience au sein du centre médical de l’Université de Californie (UCSF), à San Francisco, est née sa passion par le rôle du microbiote intestinal dans le maintien de la santé et du bienêtre. Elle poursuit en ce moment des études de Microbiologie et Toxicologie Environnementale à l’Université de Californie, à Santa Cruz, d’où elle souhaite partager son amour pour la science à travers ses articles.
Twitter
Suivre @GutMicrobiotaWW
News archive

Access from here to the chronological archive of news of this site

Access archive
Latest articles

Dans son manuel « Microbiologie et Technologie des Aliments Fermentés », le professeur Hutkins de l’Université du Nebraska analyse les propriétés uniques de ces aliments fermentés et leurs bénéfices santé potentiels.

La recherche en nutrition personnalisée en est encore à ses balbutiements. Elle constitue cependant un domaine de recherche porteur, qui pourrait un jour aider les patients à mieux réagir aux interventions nutritionnelles.

Une étude récente du Dr Thomas Schmidt, de l’Université du Michigan, réfute la mauvaise réputation des pommes de terre grâce aux bienfaits de l’amidon résistant sur le microbiote intestinal.