N’ayez pas honte de vos gaz ! C’est un signe que votre microbiote intestinal est pleine forme !

Il s’agissait d’un repas de famille annuel. Mes grands-parents, tantes, oncles, cousins, frères et sœurs étaient tous réunis autour d’une magnifique table, discutant, mangeant des mets raffinés préparés avec soins par la grand-mère, quand soudainement, un son familier survint, suivi d’une odeur qui a surpris tout le monde. Un pet ! Par la suite mon enfant de 2 ans commenta « C’est juste un petit pet ! », avec un drôle de sourire après avoir été « trahi » par son microbiote intestinal en pleine construction. « Peut-être avait-il trop mangé d’houmous la veille ?» Pensai-je vraiment gêné.

Il nous est tous déjà arrivé d’évacuer nos gaz intestinaux. Cependant beaucoup de personnes en bonne santé ne se rendent pas compte de leurs flatulences car la plupart du temps, ces personnes évacuent leur gaz la nuit, en dehors de tout contrôle. « Il existe une forte stigmatisation liée à l’évacuation des gaz intestinaux. Nous sommes dans la retenue pour des raisons évidentes de civilité et de respect des autres », déclare Purna Kashyap, gastro-entérologue, responsable du laboratoire du microbiome intestinal à la Clinique Mayo lors du Sommet Mondial sur le Microbiote Intestinal et la Santé qui s’est déroulé au printemps 2019 à Miami (États-Unis). « Les gaz ne sont que le résultat de la fermentation, par vos bactéries intestinales, des résidus alimentaires non digérés par votre organisme, principalement les fibres. Par conséquent, si vous produisez des gaz, cela signifie que vos bactéries se nourrissent des fibres alimentaires. C’est une excellente chose pour vous ! », a-t-il ajouté.

Comme nous l’avons déjà expliqué dans ce blog, les fibres sont essentielles à la santé du microbiote intestinal et par conséquent à notre santé. Il est reconnu que la richesse, l’abondance et la diversité sont les trois facteurs clés pour un microbiote intestinal sain.  Comme il existe différents types de fibres alimentaires, qui vont chacun nourrir différents types de micro-organismes, il est conseillé de diversifier son apport en fibres

« Nous n’avons pas identifié à ce jour les fibres spécifiques qui conviendraient le mieux à chacun de nos microbes intestinaux, et ce point fait aujourd’hui l’objet de nombreuses recherches. Le consensus actuel est que si la quantité de fibres alimentaires consommées vient à diminuer, alors, les bactéries intestinales vont se nourrir de mucus, cette substance protectrice qui tapisse l’intérieur de l’intestin. C’est alors que des problèmes de santé peuvent apparaitre », a souligné Kashyap.

A l’inverse, une augmentation soudaine de l’apport en fibres peut causer des troubles et des désagréments. Par exemple, les ballonnements, dûs à la formation de gaz, qui causent des douleurs intestinales. « Mieux vaut réaliser ces changements progressivement ». Si par habitude, nous ne mangeons que du pain blanc, nous pouvons commencer par introduire le matin une demi-tranche de pain complet. Le pain complet présente au moins 2 gr de fibres par tranche. Selon la Société Américaine pour le Cœur (American Heart Association), la recommandation nutritionnelle pour les fibres est de 25 g sur une base de 2000 calories* par jour (femme de moins de 50 ans, de 21 à 25 gr par jour, homme de moins de 50 ans, de 30 à 38 gr par jour). « Il n’est pas recommandé de passer directement de 10 gr de fibres par jour à 40 gr », selon Kashyap.

Certains aliments engendrent plus de gaz que d’autres ; le plus fermentescibles peuvent être remplacés par ceux qui le sont moins (par exemple, la laitue peut aisément remplacer les épinards). Il existe également un effet dose : si manger une portion entière d’houmous nous ballonne, alors n’en mangeons qu’un tiers les fois suivantes.

Pour le Docteur Kashyap, notre appréhension est également un facteur à prendre en compte. « Nous savons naturellement anticiper des événements comme la chaleur élevée d’un four qui peut brûler la main surtout quand nous nous sommes déjà brûlés une fois. Notre corps apprend facilement ces réflexes et les perpétue. C’est là qu’intervient l’axe intestin cerveau, qui fonctionne comme une seule unité. Il y a donc beaucoup de facteurs qui déterminent votre façon de réagir à différents régimes ».

Pour finir, selon le Docteur Kashyap, pour manger sainement il faut manger varié;  tout est question d’équilibre.

 

*​2000 kcal/jour correspond aux besoins énergétiques moyens chez l’adulte. Par simplification et par rapport au terme « 2,000 calorie diet » employé par la FDA Food and Drug Administration, nous utiliserons le terme de calories/jour.

 

Cristina Sáez
Cristina Sáez
Cristina Sáez est une journaliste scientifique indépendante. Elle travaille pour différents médias, notamment le quotidien La Vanguardia où elle dirige la rubrique scientifique Big Vang ; elle collabore avec des centres de recherche et des sociétés scientifiques. Elle a été récompensée pour son travail journalistique par le prix Boehringer Ingelheim 2015 pour le journalisme en médecine, entre autres. Retrouvez Cristina sur Twitter @saez_cristina