Mieux connaitre la sérotonine : Interview avec Elaine Hsiao, spécialiste de l’axe intestin-cerveau

En ce moment même, des cellules nerveuses de votre corps se passent un neurotransmetteur dénommé sérotonine, comme une sorte de ballon de basket chimique. Bien connue pour sa capacité de moduler l’humeur, cette substance chimique est sécrétée dans le tractus digestif et le cerveau. Pour de nombreux chercheurs, les secrets de la sérotonine ne sont pas tous percés à ce jour.

Elaine Hsiao (Université de Californie, Los Angeles, États-Unis), mène des recherches sur la sérotonine dans le contexte de l’axe intestin-cerveau—notamment, la manière dont les activités des molécules et des cellules connectent le microbiote intestinal et le cerveau. Les éditeurs de GMFH ont rencontré Elaine Hsiao pendant le Symposium sur les probiotiques à Harvard afin de connaître les dernières nouveautés sur la sérotonine, le cerveau, et les microbes intestinaux.

Quelle est la différence entre la sérotonine produite dans le cerveau et celle fabriquée dans l’intestin ?

La sérotonine produite dans l’intestin est structurellement identique à celle du cerveau — ce sont les mêmes molécules, mais elles sont localisées à des endroits différents et sécrétées par des cellules différentes.

Dans l’intestin, elles sont principalement fabriquées par des cellules endocrines dénommées cellules entérochromaffines, mais aussi parfois par certains neurones intestinaux, voire certaines cellules immunitaires. Tandis que dans le cerveau, la production de la sérotonine est assurée par un sous-type de neurones (dits neurones du raphé) qui en approvisionnent le cerveau adulte. En définitive, il s’agit des mêmes molécules, mais fabriquées par des cellules différentes, et de ce fait, leurs fonctions localisées peuvent différer.

 

Comment les microbes contribuent-ils à la fabrication de sérotonine ?

Nos travaux ont révélé que certaines espèces du microbiote intestinal stimulent la production de sérotonine par les cellules endocrines intestinales. Il s’agit donc d’une collaboration entre les microbes et les cellules de l’hôte.

Nous avons constaté que cette stimulation provoquait une augmentation de la quantité de sérotonine dans le colon ainsi que de la sérotonine absorbée par les plaquettes sanguines et mise en circulation dans la circulation sanguine.

 

Est-il toujours bon d’avoir plus de sérotonine ?

Un excès de sérotonine a été associé à des maladies spécifiques ou des infections et à des inflammations. Un manque de sérotonine peut s’avérer tout aussi néfaste.

 

Comment la sérotonine fabriquée dans le cerveau affecte-t-elle le développement et le comportement du cerveau ?

Nous travaillons activement sur cette question.

Nous nous sommes lancés dans ces recherches parce que la plupart des théories sur le lien entre les microbes intestinaux et le cerveau font état d’un élément qui, à un moment donné, influerait sur l’activité neuronale. Les neurotransmetteurs pourraient constituer cet élément. Voilà pourquoi nous avons décidé d’étudier ce neurotransmetteur dénommé sérotonine.

 

Plus généralement, dans l’axe intestin-cerveau, quels sont les moyens par lesquels le microbiote intestinal peut influencer le cerveau ?

À ce jour, la plupart des preuves suggèrent un effet indirect : les microbes intestinaux moduleraient le système immunitaire, il se produirait ainsi une connexion neuro-immunitaire.

D’autres moyens mis en avant impliquent des modulations microbiennes de molécules neuroactives qui pénètreraient dans le cerveau même ou des modulations de neurones périphériques qui atteindraient le cerveau.

 

Les chercheurs savent que le cerveau et l’intestin communiquent constamment . Le rôle du microbiote intestinal dans cette communication est un sujet brûlant dans le monde de la recherche scientifique. Des études plus approfondies focalisées sur les mécanismes de l’interaction intestin-cerveau, menées par Élaine Hsiao ou d’autres chercheurs de par le monde, pourraient dévoiler comment  les microbes intestinaux influent sur le cerveau et le comportement.

Kristina Campbell
Kristina Campbell
L’écrivain scientifique Kristina Campbell (M. Sc), résidant en Colombie-Britannique, au Canada, s'est spécialisée dans la communication sur le microbiote intestinal, la santé digestive et la nutrition. Auteur du best-seller Well-Fed Microbiome Cookbook, ses articles en tant que freelance sont parus dans des journaux du monde entier. Kristina s'est jointe à l'équipe d'édition de Gut Microbiota for Health en 2014. Retrouvez Kristina sur : GoogleTwitter