La famille des biotiques dans la petite enfance : des composants nutritionnels au service de la santé des nourrissons

Le lait maternel est la référence en matière de nutrition infantile. Il contient des molécules bioactives qui contribuent au développement du microbiote intestinal et du système immunitaire du nouveau-né. Toutefois, pour différentes raisons, tous les nourrissons ne peuvent être nourris exclusivement au sein.

« La famille des « biotiques » dans la petite enfance », un court essai récemment édité par Wiley explique en quoi l’utilisation des « biotiques » alimentaires peut améliorer la santé des nourrissons et réduire le risque de maladie au cours de leur vie. Les biotiques sont « des composants nutritionnels qui, lorsqu’ils sont consommés, peuvent être bénéfiques pour la santé de l’hôte ».

Le livre débute avec un excellent aperçu de la physiologie de l’intestin du nourrisson et, du lien entre la santé immunitaire et la santé intestinale. Les chapitres suivants couvrent chacun des différents types de « biotiques », en mettant l’accent sur les bénéfices qu’ils apportent à la santé des nourrissons.

Après avoir présenté au lecteur les connaissances basiques sur le sujet, les auteurs fournissent une mine d’informations sur les prébiotiques, des substrats utilisés de manière sélective par les micro-organismes de l’hôte, et les probiotiques, des micro-organismes vivants qui exercent également des bénéfices pour qui les consomme.

Naturellement présents dans le lait maternel, les prébiotiques (encore appelés oligosaccharides) pourraient aider à réduire le risque d’infection chez les nourrissons. Des études scientifiques ont démontré qu’ils favorisaient le développement des Bifidobactéries dans le microbiote du nourrisson, amélioraient la motilité intestinale, la vidange gastrique et rendaient la texture des selles plus souple.

Dans le cas où l’allaitement ne peut être mis en place, ces oligosaccharides du lait maternel peuvent être apportés par les formules infantiles, pour se rapprocher de la composition du lait maternel, ce afin de favoriser la croissance de micro-organismes intestinaux bénéfiques tels que les Bifidobactéries.

Quant aux bénéfices des probiotiques, ils diffèrent d’une souche bactérienne à une autre, mais incluent généralement une protection contre les infections, la régulation du système immunitaire et la synthèse d’éléments nutritionnels tels que les vitamines. Leurs mécanismes d’action sous-jacents ne sont pas complètement élucidés à ce jour en comparaison de ceux des prébiotiques.

Puis, les auteurs présentent le concept de synbiotiques – une combinaison de prébiotiques et de probiotiques dans un aliment ou dans un complément alimentaire. Les prébiotiques aident à l’amélioration de la survie des probiotiques tout au long du transit dans le tractus intestinal, encouragent et activent leur croissance et métabolisme. La prise de synbiotiques pourrait augmenter les effets bénéfiques observés avec les prébiotiques et de probiotiques seuls.

Les post-biotiques, les moins connus des biotiques, viennent clore le livre; ce sont des produits issus de la fermentation bactérienne. Les bactéries agissent comme une sorte « d’usine microbienne », produisant au sein même de l’aliment, des molécules bénéfiques pour la santé. La différence majeure entre post-biotiques et synbiotiques, est qu’il n’est pas nécessaire de consommer les bactéries (probiotiques) vivantes. Le domaine des post-biotiques dans l’alimentation infantile est émergente. De récentes recherches montrent qu’ils peuvent potentiellement améliorer les symptômes digestifs chez les nourrissons.

La famille des biotiques dans la petite enfance est une excellente ressource de références pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’intestin, le système immunitaire et les effets des biotiques sur la santé des nourrissons. Quand l’allaitement est impossible, les pré-, pro, syn et post-biotiques offrent des alternatives prometteuses en proposant des fonctionnalités semblables à celles rencontrées dans le lait maternel, comme le renforcement du système immunitaire.

Reference: The Biotics Family in Early Life. Edited by Seppo Salminen, Hania Szajewska, and Jan Knol. vol. 4, Wiley, 2019.

 

 

Megan Mouw
Megan Mouw
Megan Mouw est licenciée en microbiologie par l’Université McGill, au Canada. De son expérience au sein du centre médical de l’Université de Californie (UCSF), à San Francisco, est née sa passion par le rôle du microbiote intestinal dans le maintien de la santé et du bienêtre. Elle poursuit en ce moment des études de Microbiologie et Toxicologie Environnementale à l’Université de Californie, à Santa Cruz, d’où elle souhaite partager son amour pour la science à travers ses articles.