Comment les fibres alimentaires et les prébiotiques affectent le microbiote intestinal

Les fibres bien qu’essentielles sont souvent négligées dans l’alimentation de nombreuses personnes. Bien que certaines d’entre elles ne soient pas être digérées par l’Homme, elles peuvent l’être par les bactéries de notre intestin, notre microbiote intestinal. Certaines sont qualifiées de prébiotiques. Les similitudes entre les fibres et les prébiotiques portent souvent à confusion quand il s’agit de les différencier. Cette infographie de l’Association Scientifique Internationale pour les Probiotiques et les Prébiotiques (ISAPP) permet de dissiper cette confusion en proposant une comparaison entre prébiotiques et fibres alimentaires, tout en précisant dans quelle mesure chacune d’entre elles affectent le microbiote intestinal.

La plupart des fibres alimentaires sont des glucides non digestibles dérivés des plantes. Par exemple, les pommes, les haricots noirs et les brocolis sont d’excellentes sources de fibres. En plus de leur effet sur la régulation du transit intestinal, une consommation adéquate de fibres alimentaires améliore les taux de lipides et de glucose sanguins, tout en nous maintenant rassasiés plus longtemps. Certaines fibres ont même un effet allant de faible à modéré sur la composition de notre microbiote intestinal.

Les prébiotiques, présents dans des aliments tels que les légumes (citons l’artichaut) et les céréales complètes, sont associés à de nombreux bénéfices santé. Il a été démontré que les prébiotiques améliorent la santé intestinale, peuvent moduler le système immunitaire, permettent la régulation du transit intestinal et pourraient être bénéfiques chez des personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable. Une partie des effets est médiée par les acides gras à chaine courte. Par rapport aux fibres, les prébiotiques ont un effet plus marqué sur la santé et le microbiote intestinal. Une définition récemment révisée du terme prébiotique souligne également que ceux-ci pourraient avoir des effets bénéfiques au-delà de l’intestin, en ciblant des micro-organismes vivant dans d’autres parties du corps bien loin du côlon.

Pour plus d’informations sur les différences entre les prébiotiques et les fibres alimentaires, consultez l’infographie ici.

Megan Mouw
Megan Mouw
Megan Mouw est licenciée en microbiologie par l’Université McGill, au Canada. De son expérience au sein du centre médical de l’Université de Californie (UCSF), à San Francisco, est née sa passion par le rôle du microbiote intestinal dans le maintien de la santé et du bienêtre. Elle poursuit en ce moment des études de Microbiologie et Toxicologie Environnementale à l’Université de Californie, à Santa Cruz, d’où elle souhaite partager son amour pour la science à travers ses articles.