Certains traitements antibiotiques modifient notre microbiote intestinal

135550947Si nous prenions un microscope et réalisions un gros plan sur notre intestin, nous trouverions plus de cent mille milliards de bactéries qui forment notre microbiote intestinal. Cet ensemble de microorganismes joue un rôle déterminant sur notre santé et notre bien-être, comme nous l’avons déjà expliqué sur ce blog. Toutefois, elle peut aussi être affectée par différents facteurs externes, notamment notre alimentation et les traitements médicaux que nous pouvons être amenés à suivre.

À cet égard, une étude dirigée par un groupe de chercheurs espagnols du Conseil Supérieur de Recherches Scientifiques (CSIC – Consejo Superior de Investigaciones Científicas), a permis de confirmer que les traitements antibiotiques modifient le microbiote intestinal. C’est la première fois qu’une analyse a été réalisée sur les bactéries, les gènes, les enzymes et les molécules qui caractérisent le microbiote intestinal d’un patient traité par certains antibiotiques. Les résultats ont montré que les antibiotiques provoquent des changements dans nos profils microbiens et métaboliques, et ceci dès les étapes initiales du traitement.

L’étude montre une détérioration de la biodiversité du microbiote intestinal. Cette diversité peut atteindre des seuils très bas après 11 jours de traitement. Cependant, une fois le traitement terminé, en général le patient a tendance à retrouver un microbiote très similaire à celui qu’il possédait avant le traitement, 40 jours après la fin du traitement antibiotique.

Les chercheurs soulignent que l’étude « démontre pour la première fois que les bactéries intestinales, à la suite d’un traitement antibiotique donné, présentent une capacité réduite de production de protéines, ainsi que des déficiences dans d’autres fonctions clés, pendant et à la fin du traitement ». Plus précisément, les résultats suggèrent que le microbiote intestinal présente une capacité réduite d’absorption du fer et de digestion de certains aliments ainsi que de production de molécules essentielles à l’organisme.

Si vous souhaitez accéder à l’intégralité des résultats de cette étude, vous pouvez les trouver dans la revue scientifique Gut.

Image:

http://static.elheraldo.co/sites/default/files/imagecache/detalle_articulo/2013/01/05/story/95306-intestino.jpg

GMFH Editing Team