Nous connaissons depuis longtemps la composante microbienne de l’obésité. Mais voilà que maintenant, une équipe de scientifiques dirigée par Patrice D. Cani a réussi à isoler à partir d’un intestin humain une nouvelle bactérie capable de contrer l’obésité, l’inflammation et la dysrégulation du glucose induites par l’alimentation chez des souris.

De preuves suggèrent qu'un microbiote intestinal déséquilibré peut jouer un rôle dans la résistance à l'insuline chez des patients atteints de diabète de type 2 (DT2) et il est prouvé que l'activité physique a des effets positifs sur le microbiote intestinal et le métabolisme.