Les microbes intestinaux pourraient-ils provoquer des envies ? Pourraient-ils vous faire sentir insatisfait jusqu’à ce que vous mangiez la nourriture dont ils ont besoin pour leur propre survie ? Un commentaire scientifique publié dans BioEssays en 2014 se posait justement ces questions.

Les gènes ne sont pas les seuls facteurs liés à l’apparition des MICI. Les autres sont moins évidents, mais tout aussi importants pour trouver la réponse à comment prévenir et traiter ces maladies. Un nouveau rapport, « Gut microbiota and inflammatory bowel disease » (Microbiote intestinal et maladies inflammatoires chroniques de l’intestin), publié par la plateforme Gut Microbiota for Health Experts Exchange.

Une équipe de scientifiques dirigée par Premysl Bercik, professeur agrégé en médecine à la faculté de médecine Michael G. DeGroote de l’université McMaster, a mené une série d’expériences sur des rongeurs dans le but d’étudier l’effet du microbiote intestinal sur le comportement dans un modèle déterminé d’anxiété et de dépression.

Les auteurs de l’étude, issus de la faculté de médecine de l'Université de New York , du Centre du cancer Perlmutter de l'Université de New York, de l’Institut National du cancer des États-Unis et du centre médical pour les vétérans de New York, soutiennent que ces facteurs, ainsi que le sexe, peuvent influer sur le microbiote en raison de mécanismes hormonaux similaires.

Deux études menées par des scientifiques espagnols du Conseil supérieur de la recherche scientifique espagnol (CSIC) et parues dans les revues du groupe Nature Scientific Report et ISME Journal, respectivement, ont, pour la première fois, quantifié et classifié les effets de certaines pathologies sur notre microbiote intestinal en se basant sur l’observation des substances issues de la décomposition des molécules des aliments par les bactéries, soit les métabolites.